La belle absente

Séverine Vidal - Constance Joly - Barroux

 

 

 

couv la belle absente_web



Pagination > 88 pages
Format fermé > 17 X 24
Impression intérieur > quadri
Papier intérieur > Fedrigoni Oikos 150g
Impression couverture > quadrichromie
Papier couverture > carte 300 g
Pelliculage couverture > mat
Façonnage > broché avec rabats 12cm
Sortie > 14 avril 2016
ISBN > 978-2-35419-087-3
Prix > 16 euros

Une femme parle à un homme, depuis un lieu que le lecteur ignore. Inlassablement, cette voix l'accompagne, une voix qui le torture, qui lui promet qu'il peut toujours tenter de fuir, ce sera en vain. L'homme, de son côté, vit. Ou plutôt, survit. On le voit marcher dans la ville, boire un café, se récurer la peau et les ongles jusqu'à en avoir mal, se réveiller trempé de sueur après un cauchemar, tenter de se mettre au vert chez ses parents à la campagne, près de Lorient. Mais l'homme est rongé de l'intérieur. Un jour pourtant, dans une librairie, il retrouve un semblant de vie : il rencontre une femme, Mado, qui lui sourit. Très vite, il emmène Mado voir la mer. Très vite, ils emménagent ensemble. L'homme trouve un travail d'agent immobilier, un enfant leur naît. Ils partent en vacances à Marseille. Malgré ce bonheur de carte postale, la voix dans la tête de l'homme répète qu'il ne pourra pas se débarrasser d'elle. On le voit trembler dans son lit, dévoré d'angoisse. Mado pense qu'il a quelqu'un d'autre dans sa vie. Et de fait, il a quelqu'un d'autre : Elle. La voix. La voix d'Emma, qui ne le laissera jamais en paix…

Extrait :
Je suis partout et tu ne peux rien faire contre ça.
Je suis là, dans chaque nervure de ce tronc, dans chaque goutte de pluie.
Je suis ces lignes, ces nervures, ces gouttes, ces feuilles.
Je suis la terre que tu piétines.
Les nuages au-dessus de ta tête.
Je suis ce que tu avales, ce que tu respires, ce que tu dis, ce que tu penses.
Alors, au moins : regarde-moi.


Un extrait à lire…