Covid-19

Covid-19

La librairie Les Indociles à Nice est fermée jusqu’à leur réouverture.

Les éditions Les Enfants Rouges se sont installées à la maison. Nous travaillons sur les prochaines parutions : Ma déconversion de Benjamin Taïeb et Julien Martinière, l’intégrale d « Ismahane » de Sasha et Christophe Girard, Petit citadin de GenTom et Amandine Wanert et une nouvelle édition augmentée de La tristesse de l’éléphant de Nicolas Antona et Nina Jacqmin. Tous ces titres seront à découvrir tout au long dans le second semestre 2020. En attendant, lisez, profitez-en pour vous balader sur notre site et découvrir toutes nos publications. 

Librairie Les Indociles

C’est à Nice (06300), au 11 bis de la rue François Guisol que les Editions Les Enfants Rouges ont ouvert une librairie spécialisée en bandes dessinées, romans graphiques et livres illustrés : Les Indociles.

Depuis août 2017, les étagères se remplissent d’une sélection d’albums s’adressant aux plus jeunes (à partir de 3 ans), aux  jeunes adultes et aux adultes. Une sélection piochée chez les éditeurs et labels indépendants.

Page Facebook de la librairie.

C’est également à cette adresse que Les Enfants Rouges ont établie leur nouveau siège social. Vous pouvez envoyer vos projets par courrier au 11 bis rue François Guisol 06300 Nice.  L’adresse mail n’a pas changée : lesenfantsrouges@free.fr.

En 2016, Les Enfants Rouges ont fêté leurs 10 ans

Se définissant comme éditeur indépendant, Les Enfants Rouges ont construit depuis plus de dix ans un catalogue marqué par des collections variées.

L’occasion était trop belle de revisiter ce catalogue et de remettre en avant les albums qui ont égréné ces quelques années d’édition.

Des albums d’auteurs qui depuis connaissent d’autres succès, des albums dont les thématiques résonnent encore dans notre actualité « Salt Pit – Prison secrète de la CIA », « La faute à 68’ », « Bello Ciao – G8, Gênes 2001 » ; des albums qui permettent de mettre en lumière la complexité et les dysfonctionnements administratifs « Jean-Eudes », des récits à hauteur d’enfants, parcours parfois difficiles mais poétiques « Sages comme une image », « Le fils de son père » ; des adaptaions littéraires « Il est mort le poète », «  Rashômon » ; des autobiographies aux situations plutôt comiques, d’auteur parti s’installer au Vietnam « Yeü Yeü Saïgon » ou d’un adolescent des années 80 « J’aime pas la musique ».

Dix récits complets que Les Enfants Rouges présentent au prix de 10 euros.

(dans la limite des stocks disponibles)